Retrouvez tous les concerts de Wallonie et de Bruxelles sur notre nouvelle plateforme courtcircuit.live

MATUYAMA

MATUYAMA, c’est le nom de la dernière inversion du champ magnétique terrestre apparue il y a 7000 siècles. C’est aussi un nouveau duo électronique belge avec Jean-Charles Modave, alias Jayce (synthétiseurs, basse, theremin) et Salvio Ladelfa (batterie, clavier).

Pour ce projet, le duo revisite ses Madelaines. C’était un Juno 60 ou bien un Odyssey ? Non, un Prophet ! Ce sont les mêmes claviers qu’ils utilisent aujourd’hui pour arranger des nappes dont certaines semblent illustrer les lasers de Jean-Michel Jarre. Tiens, chercheraient-ils à inverser ses Chants Magnétiques ? Cet album qui berçait le duo lorsqu’ils étaient enfants et que leurs parents jouaient leurs premiers CD’s en voiture en rentrant d’un souper tard le soir.

C’est que 2021, ce n’est pas les années 80. Notre monde prend la tangente de cette époque à la fois crispée et dorée, quand les pôles numériques et analogiques s’observaient pour la première fois. Deux trajectoires qui se fondent autant qu’elles se repoussent. Mais qui, tant que le magnétisme opère, savent tirer parti de leurs routes parallèles.

A composer, certains morceaux sonnèrent comme une évidence. Aria et Walk Alone. D’autres, furent enfantés dans la douleur. Mais laissons ça de côté. L’enfant est enfin là, et il se porte bien. Les yeux clos, il rêve, il danse.

En version covid, donnez à ce duetto une prise 220V et ils vous invitent à un voyage étoilé dans votre jardin ou votre salon. Comme le ciel infini que l’on regarde, la tête renversée et les vitres entre-ouvertes dans une voiture qui rentre d’une soirée un peu convenue chez des amis tard le soir.